Dans le jargon des études de marché qualitatives, le verbatim, c’est la « parole libre » des répondants. En l’espèce il s’agissait de traduire les réponses à une seule question ouverte.

Traduction de verbatim en anglais​


  • Type de format : export Excel
  • Langues sources : allemand, arabe, danois, espagnol, finnois, français, grec, italien, néerlandais, norvégien, polonais, portugais, russe, suédois, turc, ukrainien
  • Langue cible : anglais

Spécificités


Après nous avoir demandé de traduire en seize langues le questionnaire principal rédigé en anglais, notre client nous confie la tâche de traduire les réponses des patients dans les combinaisons linguistiques inversées. Le projet présente deux particularités : d’une part, l’anglais en cible pour certaines paires de langues constitue presque une rareté et d’autre part, le registre de langue.

Si la parole de professionnels de santé est généralement bien normée, celle de patients « lambda » est souvent plus relâchée et triviale. À cela s’ajoutent les fautes de frappe, d’orthographe, de syntaxe et le style télégraphique ou pour paraître plus moderne, « texto ». Mais les analystes ont besoin de connaître les propos, mot pour mot, de leurs panels.

Pour faire face à cette dernière spécificité, il est nécessaire de faire appel à des traducteurs qui maîtrisent parfaitement le langage parlé de leur langue de travail, si possible parce qu’ils ont vécu dans le pays concerné ou y vivent toujours. Si le verbatim comprend trop d’abréviations, ou de propos abscons et de sens caché, nous interrogeons le premier traducteur, qui a traduit le questionnaire principal, pour lui demander son avis de natif, afin de minimiser le nombre de réponses qui seront jugées vraiment intraduisibles.

Au final, très peu de réponses sont restées en suspens. Ce type de traduction nécessite de réelles qualités d’interprétation que seule l’expérience humaine peut garantir !

Délai


Le projet qui portait sur un millier de mots selon les langues a été accompli en cinq jours.