5 conseils pour réussir son étude de marché en anglais

Bien évaluer l’environnement dans lequel va évoluer une entreprise est essentiel afin d’assurer le développement et la pérennité du projet entrepreneurial en France. À différents stades de son avancement, réaliser une étude de marché est une étape clé. Dans le cas d’une ouverture à l’international, traduire ce document d’analyse stratégique est un processus à forts enjeux qu’il ne faut pas négliger. Découvrez 5 conseils pour réussir la traduction d’une étude de marché en anglais.

Étude de marché en anglais : ce qu’il faut savoir

Quel que soit le secteur de l’entreprise, une étude de marché vise à avoir une bonne connaissance du marché sur lequel l’entrepreneur souhaite s'implanter et des acteurs évoluant dans cet environnement.

Comment ? En réalisant la collecte et l’analyse des informations concernant :

  • Le contexte (marché global)
  • Les clients (besoins de la demande)
  • Les concurrents (offre actuelle des produits ou services)
  • La conjoncture (facteurs externes).

Le saviez-vous ?

Réalisée dans le cadre d’une étude de marché, l'analyse PESTEL (Politique, Économique, Social, Technologique, Écologique et Légal) est l’outil de référence pour identifier les facteurs externes risquant d’impacter (positivement ou négativement) l’activité de l’entreprise. Elle peut être complétée par l’analyse SWOT (Strengths, Weaknesses , Opportunities, Threats) comme détaillée par la CCI. Cette matrice permet de réaliser un diagnostic externe et interne, c’est-à-dire de déterminer les forces et faiblesses de l’entreprise, mais également les opportunités et les menaces auxquelles elle est soumise.

Il s’agit d'atteindre plusieurs objectifs :

  • Vérifier la viabilité d’un projet et du business model choisi.
  • Prendre des décisions éclairées en matière de stratégie marketing, commerciale, opérationnelle…
  • Aider à la réalisation d’un business plan à partir des données récoltées permettant notamment d’estimer le chiffre d'affaires prévisionnel.
  • Limiter les risques pris par l’entrepreneur.
  • Maximiser les chances de réussite et de pérennité du projet grâce à une étude de marché fiable et bien analysée.

Quand traduire une étude de marché ?

Rédigée en français, l’étude de marché fait partie des étapes clés pour un projet développé sur le territoire national.

Mais à partir du moment où une société vise des marchés internationaux, la traduire en anglais (langue véhiculaire) est également indispensable à différentes occasions :

  • À la création de l’entreprise pour déterminer si le marché étranger visé est porteur ou non, à moyen et long terme.
  • Au lancement d’un nouveau produit ou service pour affiner sa stratégie commerciale afin de répondre précisément aux attentes de prospects étrangers.
  • Lors d’un projet de développement d’activité sur de nouveaux marchés à l'international.
  • Lors de la rédaction du business plan, outil de communication nécessaire pour rassurer les éventuels partenaires engagés à l’échelle mondiale.
  • À la recherche de potentiels investisseurs étrangers pour les convaincre que le marché cible offre de belles opportunités et que le projet est rentable.

Choisir la langue de Shakespeare est une bonne option pour une étude de marché. L’anglais étant compris par le plus grand nombre dans le monde entier, ce choix permet d’obtenir des données pertinentes auprès d’un grand nombre de cibles anglophones dans différents pays et de diffuser le rapport traduit auprès d’une large audience (partenaires commerciaux, financiers…) sur la scène internationale.

Quels sont les enjeux ?

Avant de développer une offre dans un autre pays, analyser les caractéristiques du marché est une bonne initiative. À condition que la traduction de l'étude menée soit fiable à chaque étape !

En effet, avec un questionnaire d'étude de marché mal traduit en anglais, les personnes interrogées risquent de mal comprendre les questions posées… et donc d’apporter de mauvaises réponses. De même, traduire de manière approximative ou littérale les données collectées est source de mauvaises interprétations, conduisant à des résultats d’étude de marché faussés. Enfin, la moindre erreur de traduction dans le rapport de synthèse peut mettre à mal la confiance de potentiels financeurs étrangers.

Il est donc crucial de réaliser un travail de traduction/localisation (adaptation aux cibles anglophones) de qualité professionnelle et de haute précision pour :

  • Garantir l’exactitude des résultats obtenus.
  • Tirer les bonnes conclusions.
  • Permettre à vos équipes marketing composées de collaborateurs multilingues de bien comprendre la stratégie à mener en fonction des besoins des cibles visées, des concurrents identifiés…
  • Renforcer la crédibilité du développement international envisagé auprès des partenaires quant aux investissements budgétés, au choix des orientations commerciales…

5 conseils pour réussir la traduction en anglais d’une étude de marché

1 - Prenez le temps de bien formuler les questions avant de les faire traduire

Il existe différents types d’études de marché.
Vous pouvez commencer par une étude documentaire. Il s’agit de s'appuyer sur des données collectées par des tiers de référence (Insee…), des bases de données professionnelles, des articles parus dans la presse spécialisée. C’est un bon début pour appréhender les caractéristiques globales de votre marché comme vos principaux concurrents, les fournisseurs possibles ou les réglementations européennes en vigueur pour l'exportation de vos produits cosmétiques.

Mais rien ne remplace l'étude de marché primaire, c’est-à-dire la recherche d’informations “sur mesure” collectée par l’entreprise elle-même auprès des cibles. Cette méthode consiste à recueillir des données quantitatives (statistiques) et/ou qualitatives (avis des futurs consommateurs) via des sondages, questionnaires ou entretiens individuels.

Dans ce cas, assurez-vous que les questions soient suffisamment claires dans le contenu source avant de passer à la phase de traduction. La formulation choisie ne doit pas être source de confusion ni influencer les réponses des personnes étrangères interrogées.

Par exemple, veillez à éviter :

  • Une terminologie trop technique, compréhensible uniquement par des experts du domaine concerné.
  • Des listes de choix incomplètes ou des échelles chiffrées qui se chevauchent (moins de 10, de 10 à 20…) dans un QCM.
  • Les champs libres. Remplacez-les dans la mesure du possible par des listes.
  • Les doubles négations (exemple : “Ne seriez-vous pas intéressé de ne pas changer votre appareil tous les ans ?”). Préférez la formulation positive (“Seriez-vous intéressé de garder votre appareil plus d’un an ?”). 

2 - Confiez cette mission d’expertise à une agence de traduction spécialisée

Pour la création d’un site web multilingue, prendriez-vous le risque d’utiliser Google Translate ? Non ! Ce logiciel de traduction automatique est certes performant, mais pas adapté pour ce type de traduction spécialisée nécessitant une adaptation, une localisation et une optimisation.

Il en est de même lorsqu’il s’agit de traduire des questionnaires, sondages, rapports de synthèse. Seuls des traducteurs natifs spécialisés en la matière sont en mesure de répondre aux forts enjeux qui sont les vôtres. C’est-à-dire vous permettre d’obtenir des données fiables auprès des groupes anglophones visés pour en déduire les bonnes conclusions et les diffuser à vos partenaires étrangers.

La solution : faire appel à une agence spécialisée en traduction d'études de marché et sondages d’opinion.

Expert métier dans la gestion de ce type de mission linguistique, ce partenaire de confiance mobilise des traducteurs professionnels :

  • Capables de réaliser un travail de localisation, indispensable à l'obtention de résultats utilisables. Traduisant vers leur langue maternelle (l’anglais), ils adaptent l’ensemble des contenus. Ces experts localisent les questions afin de les rendre parfaitement compréhensibles pour les cibles anglophones. Ils restituent avec pertinence les verbatims (réponses libres), une démarche complexe alors que les sondés utilisent souvent le langage SMS ou font des fautes de frappe. Ils transposent avec précision le rapport en anglais afin que les informations transmises soient conformes au document d’origine. Il en va de la crédibilité de l’entreprise à l'initiative de l'étude.
  • Spécialisés dans le domaine visé. Ainsi, une étude de marché dans le secteur médical nécessite l’intervention d’un spécialiste, capable de comprendre le jargon technique et de le traduire avec exactitude.
  • Accomplissant leur travail dans le respect des délais imposés, souvent très courts, grâce à un large réseau de traducteurs et des outils de TAO. Faire preuve de réactivité dans la livraison des traductions est essentiel pour recueillir des informations d’actualité et les analyser afin de finaliser le projet (de création d’entreprise, de lancement de produit) en cours. 

3 - Testez le questionnaire à petite échelle avant une plus large diffusion

Avant de soumettre votre questionnaire en ligne via Google Forms auprès d’une liste étendue de cibles anglophones, prenez le temps de le tester sur un panel restreint.

Ce sera l’occasion de mettre en lumière certaines erreurs de logique dans l’ordre des énoncés ou incohérence dans les  items, des oublis ou d'éventuelles incompréhensions.

Vous aurez ainsi la possibilité d’y remédier et d’apporter les ajustements nécessaires à l’obtention de résultats concluants.

Bon à savoir : lorsque vous diffusez le questionnaire final auprès d’un échantillon représentatif suffisamment large, choisissez le meilleur timing. Prenez notamment en compte la durée requise pour y répondre et les habitudes/spécificités socioculturelles de la population étrangère visée. Par exemple, évitez d'envoyer votre sondage à des entreprises le vendredi soir à 18 h (heure du pays visé) pour ne pas risquer que votre e-mail se retrouve, le lundi matin, en bas de la pile des messages reçus.

4 - Veillez à rester objectif dans l’analyse des résultats traduits

Pour une étude de marché réussie à l’international, il est crucial de bien traduire les questions posées ainsi que les réponses obtenues, sans chercher ensuite à extrapoler dans le sens souhaité. En clair : n'interprétez pas les traductions pour leur faire dire ce que vous attendiez !

En effet, l’idée n’est pas de manipuler les éléments recueillis pour confirmer que le projet entrepreneurial est viable économiquement.

Au contraire, il est essentiel d’analyser de manière totalement objective les données collectées et traduites.

5 - Générez un rapport d’étude de qualité professionnelle en anglais

Vous avez questionné vos cibles et analysé les résultats, c’est bien. Maintenant, il reste à formaliser les données pour les présenter en interne, mais également à vos potentiels partenaires internationaux.

Veillez à :

  • Résumer chaque partie de l’étude menée.
  • Illustrer à l’aide de schémas, infographies, tableaux, mise en avant de chiffres clés pour faciliter l'assimilation et la compréhension des informations collectées et des conclusions tirées.
  • Opter pour une traduction professionnelle afin de conserver le professionnalisme du document source.

Vous disposez ainsi d’une présentation pertinente de la synthèse de votre étude de marché pour faire un business plan solide et d’un rapport parfaitement traduit pour convaincre d’éventuels financeurs étrangers.

 

Conduire une étude de marché en anglais est un gage de réussite dans le développement d’une activité à l'international. Elle vous permet d’ajuster le projet si besoin en fonction des menaces identifiées (réglementations en vigueur dans les pays visées), des attentes des cibles étrangères pour se différencier de la concurrence… Mais encore faut-il que les informations soient traduites avec pertinence à chaque étape pour assurer la fiabilité des données collectées et diffusées auprès des investisseurs internationaux !